Archives de Catégorie: Traitement

La religion protège contre les addictions (émission de radio)

Religion

Source : RTS.ch (Suisse)

De nombreuses études le montrent, les personnes croyantes sont moins susceptibles d’avoir des problèmes d’addiction au cours de leur vie. Spiritualité et religion sont également des ressources pour guérir d’une addiction.

Invité : Professeur Jacques Besson, chef du Service de psychiatrie communautaire du CHUV.

Pour en savoir plus, écoutez l’entrevue sur le site de RTS.ch (en français, 4 min. 44 sec.).

Publicités

Rapport sur les indicateurs nationaux de traitement

IndicateursLe Centre canadien de lutte contre l’alcoolisme et les toxicomanies (CCLAT) vient de rendre disponible le rapport sur les indicateurs nationaux de traitement portant sur l’année budgétaire 2010 et 2011. Il s’agit du second rapport du genre.

Comme dans le premier rapport, les auteurs mentionnent la difficulté de comparer les données d’une province ou d’un territoire à l’autre, puisque les lignes directrices et les définitions des uns et des autres varient considérablement. Cette année s’ajoutent les données du Yukon, du Manitoba et de Terre-Neuve-et-Labrador. Un nouvel indicateur a aussi été ajouté, soit les données sur l’utilisation des programmes relatifs à la conduite avec facultés affaiblies.

Indicateurs :

  1. Nombre total d’épisodes de traitement dans les services publics spécialisés dans les problèmes de consommation de substances
  2. Nombre total d’épisodes de traitement dans les services publics spécialisés dans les problèmes de jeu
  3. Nombre total de bénéficiaires uniques traités dans les services publics spécialisés dans les problèmes de consommation de substances (alcool et autres drogues)
  4. Nombre total de bénéficiaires uniques traités dans les services publics spécialisés dans les problèmes de jeu
  5. Nombre total d’épisodes et de bénéficiaires uniques traités dans les services publics spécialisés classés par catégories de traitement
  6. Nombre total d’épisodes et de bénéficiaires uniques traités dans les services publics spécialisés classés par sexe, âge et situation résidentielle et répartis selon les catégories de traitement
  7. Nombre total d’épisodes et de bénéficiaires uniques traités dans les services publics spécialisés ayant utilisé des drogues injectables dans les 12 mois précédant le traitement
  8. Nombre total de bénéficiaires de traitement de substitution aux opioïdes dans les services publics spécialisés ainsi que dans les cliniques externes de méthadone
  9. Nombre total de bénéficiaires des programmes relatifs à la conduite avec facultés affaiblies

Pour en savoir plus, consultez le rapport en ligne sur le site du CCLAT (en français, 44 pages)

Référence :

Pirie, T., Jesseman, R. & Groupe de travail sur les indicateurs nationaux de traitement. (2013). Rapport sur les indicateurs nationaux de traitement : données de 2010-2011. Ottawa, Ontario : Centre canadien de lutte contre les toxicomanies.

Un service de télécounselling pour les problèmes de jeux de hasard et d’argent

CRGMSource : Centre de Référence du Grand Montréal

Le Centre de Référence du Grand Montréal (CRGM) qui gère la ligne spécialisée Jeu : aide et référence grâce au soutien financier du ministère de la Santé et des Services sociaux offre maintenant un service de télécounselling aux personnes aux prises avec un problème de jeu excessif, soit de la thérapie brève par téléphone.

En 2006, le Centre avait déjà offert du télécounselling dans le cadre d’un projet pilote à la demande du ministère de la Santé et des Services sociaux. Les résultats de cette première expérience ont fait clairement ressortir le potentiel d’une telle approche sur le plan de l’impact thérapeutique à court terme. On a également pu démontrer que desservir tout le territoire du Québec à partir d’un seul point de service téléphonique est, non seulement réaliste mais très bien reçu par la population.

Le CRGM met en oeuvre un programme gratuit de télécounselling à court terme afin de rejoindre une clientèle qui présente diverses caractéristiques  sociodémographiques tout en mettant l’accent sur les régions excentriques. Le programme de télécounselling comprend une entrevue d’évaluation et six rencontres téléphoniques d’une heure portant sur les thèmes suivants : la motivation, les finances, les idées erronées, les déclencheurs, réorganiser sa vie, maintenir le cap, de même que trois suivis à divers intervalles. Le télécounselling peut alors s’avérer une approche pertinente pour faire de l’intervention précoce. Par ailleurs, certaines personnes qui pourraient hésiter à demander de l’aide autrement, peuvent être aidées par le télécounselling.

Les personnes intéressées doivent communiquer avec Jeu : aide et référence en composant le 1 800 461-0140.

Dossier sur le baclofène dans le traitement de l’alcoolisme

LBaclofènee réseau documentaire en santé mentale Ascodocpsy (France) a rendu disponible en décembre dernier un dossier portant sur l’utilisation du baclofène dans le traitement de l’alcoolisme.

Ce dossier présente des ressources (articles, rapports, études, thèses, livres, sites web, etc.) en français publiées au cours des 5 dernières années. Un résumé est disponible pour plusieurs des références. Certaines d’entre elles sont accessibles gratuitement en ligne, d’autres sont réservées aux abonnés. Certaines sont accessibles au Centre québécois de documentation en toxicomanie.

Pour en savoir plus, consultez le dossier sur le baclofène sur le site du réseau Ascodocpsy (en français, 9 pages).

Obstacles au traitement du jeu pathologique dans la région des Laurentides

Obstacles au traitementLe Centre Dollard-Cormier – Institut universitaire sur les dépendances vient de rendre disponible un nouveau document dans sa collection les Rapports de recherche de l’institut.

Source : Centre Dollard-Cormier – IUD

Alors que le jeu pathologique peut entraîner de lourdes conséquences tant pour le joueur lui-meme que pour son entourage, il semble que peu de joueurs consultent à ce sujet. Selon les études, seulement 7 % a 29 % des joueurs pathologiques auraient reçu un traitement pour le jeu au cours de leur vie. Bien qu’il semble que les joueurs s’en sortent fréquemment sans traitement, cette hypothèse n’explique pas pourquoi ceux qui n’arrivent pas à s’en sortir par eux-mêmes ne consultent pas, en dépit des conséquences graves associées à la problématique. Pourtant, il existe peu d’études de cette nature, visant à dégager des pistes de solution adaptées à cette population. C’est donc l’objectif de la presente étude : cerner les motifs de consultation et les obstacles qui empêchent ou retardent la demande d’aide chez les joueurs pathologiques de la région des Laurentides et trouver des pistes de solution afin de favoriser l’entrée en traitement de ces joueurs.

À cette fin, trois groupes de discussion ont eu lieu au mois de juin 2010. Le premier groupe était composé de six intervenants des services de réadaptation du Centre André-Boudreau affectés à la clientèle des joueurs pathologiques, le deuxième regroupait 10 intervenants de ressources régionales recevant au moins occasionnellement des joueurs pathologiques et le troisième était formé de 11 joueurs en traitement pour le jeu pathologique. Les participants aux groupes de discussion ont également rempli des questionnaires concernant les motifs de consultation, les obstacles au traitement et les ressources régionales. [Résumé des auteurs]

Pour en savoir plus, consultez le rapport en ligne sur le site du CDC-IUD (en français, 70 pages).

Référence :
Simoneau, H., Contant, É., & Chauvet, M. (2012). Obstacles au traitement du jeu pathologique dans la région des Laurentides. Montréal, Québec : Centre Dollard-Cormier – Institut universitaire sur les dépendances.

Standards de qualité pour les troubles de consommation de drogues (Grande-Bretagne)

NICELe National Institute for Health and Clinical Excellence (NICE, Grande-Bretagne) a fait paraître en novembre dernier un document spécifiant les standards de qualité de services auxquels les personnes présentant les problèmes de consommation peuvent s’attendre dans les organismes offrant des traitements en Grande-Bretagne.

Le document comporte 10 « déclarations de qualité » portant sur :

  1. L’accès aux programmes d’échange de seringue
  2. L’évaluation de la clientèle
  3. Les services offerts à la famille et aux aidants (l’entourage)
  4. Le dépistage et le référencement pour le traitement des virus transmissibles par le sang (hépatites et  VIH)
  5. L’information et les conseils donnés sur la réduction des méfaits, la désintoxication, l’abstinence et les traitements de substitution
  6. Les interventions psychosociales
  7. La réadaptation et la réinsertion sociale
  8. Les traitements psychosociaux et / ou psychologiques basés sur des données probantes
  9. La poursuite du traitement et du support en cas d’abstinence
  10. Les traitements résidentiels

Pour en savoir plus, consultez le document en ligne sur le site de NICE (en anglais, 48 pages)

Approche systémique des services en toxicomanie au Canada

Le Centre canadien de lutte contre l’alcoolisme et les toxicomanies (CCLAT) a mis sur pied un site web intitulé « Approche systémique des services en toxicomanie au Canada »

Extrait du Manuel d’Approche systémique : résumé des consultations (CCLAT) :

Contexte

Le traitement est l’une des 13 priorités énoncées dans le Cadre national d’action pour réduire les méfaits liés à l’alcool et aux autres drogues et substances au Canada. Pour s’attaquer à cette priorité, un groupe de travail pancanadien et largement représentatif a été formé avec le mandat de produire un rapport et des recommandations sur l’amélioration de la qualité, de l’accessibilité et de la gamme des options de traitement de la toxicomanie. Ce rapport, Approche systémique de la toxicomanie au Canada : Recommandations pour une stratégie nationale sur le traitement, a été publié en novembre 2008 et formule 20 recommandations visant à renforcer les capacités dans le continuum de services et de soutiens, à soutenir ce continuum et à faire progresser la stratégie. L’objectif du rapport est de promouvoir le recours à l’approche systémique et au modèle de services et soutiens à niveaux pour guider un développement systémique factuel.

Le CCLAT a reçu des fonds du Programme de soutien au financement du traitement de la toxicomanie (PSFTT) de Santé Canada pour apporter un soutien, à l’échelle nationale, à la mise en oeuvre des recommandations du rapport Approche systémique. Pendant la préparation du projet PSFTT, le CCLAT a consulté des partenaires pour savoir quelle aide leur serait utile et a ainsi fait ressortir un intérêt et un besoin pour des outils interactifs qui faciliteraient l’application de l’approche systémique dans les autorités administratives ou régions. Le CCLAT est allé plus loin avec ces recommandations et a incorporé les outils à un manuel dont la structure suit une approche de gestion du changement. Le manuel compte divers « modules de base » aux étapes successives (documentation, préparation, mise en oeuvre et maintien). Pour renforcer ces modules, quatre outils (ou « modules de ressources ») sur le leadership, la planification des systèmes, la collaboration et la schématisation ont été créés. D’autres modules de ressources seront ajoutés au manuel suite à des consultations avec des partenaires.

Pour en savoir plus, consultez le site Approche systémique (en français)