Archives de Catégorie: Statistiques

Drogue : la situation à Vancouver

Drug situation in VancouverLa seconde édition du rapport Drug situation in Vancouver vient d’être publiée en ligne par le Urban Health Research Initiative (UHRI) du British Columbia Centre for Excellence in HIV/AIDS.

Aperçu de la table des matières :

  • Sources des données
  • Indicateurs : caractéristiques démographiques hébergement traitement des dépendances, partage de seringue et VIH/hépatite C, incarcération, injection de cocaïne et d’héroïne, consommation de méthamphétamine, injection de médicaments d’ordonnance, prostitution, violence, arrêt de la consommation, mortalité
  • Trouvailles selon les indicateurs
  • Discussion

Pour en savoir plus, consultez le rapport sur le site de l’UHRI (en anglais, 55 pages)

Publicités

Drogues et addictions : données essentielles : 2013

Drogues et addictionsL’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) vient de rendre disponible une nouvelle édition de son ouvrage collectif « Drogues et addictions : données essentielles ».

Aperçu de la table des matières :

  • Consommations et opinions
  • Usagers et contextes de consommation
  • Problèmes sanitaires et sociaux
  • Prévention
  • Problèmes judiciaires
  • Les dépenses publiques
  • Marchés
  • Cadre légal
  • Tendances par produit (incluant le jeu)

Pour en savoir plus, consultez le document en ligne sur le site de l’OFDT (en français, 398 pages).

Rapport européen sur les drogues 2013

Rapport européen drogueL’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT, EMCDDA en anglais) vient de rendre disponible son rapport annuel 2013.

Aperçu de la table des matières :

  • Résumé : Des problèmes liés aux drogues qui perdurent, d’autres plus récents – le paysage européen en 2013
  • Offre de drogue en Europe
  • La consommation de drogue et les problèmes associés
  • Réponses aux problèmes liés aux drogues
  • Politiques antidrogue

Pour en savoir plus, consultez le rapport en ligne selon le format qui vous convient : le rapport est disponible en format pdf en français (74 pages), mais aussi en anglais sous une forme plus interactive incluant, entre autres, des vidéos. Une version pour tablettes (iPad et Android) est aussi disponible sur le site de l’EMCDDA.

Le visage des jeunes d’aujourd’hui : leur santé mentale et leur adaptation sociale

ISQSource : Institut de la statistique du Québec

Cette deuxième publication réalisée à partir des données de l’Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire 2010-2011 dresse, à l’échelle du Québec, un portrait de certains aspects de la santé mentale et de l’adaptation sociale des jeunes du secondaire. On y traite de l’environnement social des jeunes du secondaire (famille, amis et école), de l’estime de soi, des compétences sociales et des problèmes de santé mentale, de la violence et des problèmes de comportement, ainsi que du risque de décrochage scolaire. Ces résultats contribueront sans nul doute à enrichir les connaissances sur la santé mentale et le bien-être des adolescents d’aujourd’hui et à soutenir les actions visant à les améliorer.

La population visée par l’enquête est composée de tous les élèves de la 1re à la 5e année du secondaire inscrits dans les écoles québécoises publiques et privées, francophones et anglophones, à l’exception des établissements situés dans les régions des Terres-Cries-de-la-Baie-James et du Nunavik. Au total, 63 196 jeunes répartis dans 16 régions sociosanitaires du Québec ont participé à cette vaste enquête.

Pour en savoir plus, consultez le rapport en ligne sur le site de l’Institut de la statistique du Québec (en français, 141 pages)

Référence :
Pica, L. A., Traoré, I., Camirand, H., Laprise, P.,Bernèche, F., Berthelot, M., & Plante, N. (2013). L’Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire 2010-2011 : le visage des jeunes d’aujourd’hui : leur santé mentale et leur adaptation sociale. Québec, Québec : Institut de la statistique du Québec.

Le bien-être des enfants dans les pays riches : vue d’ensemble comparative : comportement et risques

Bien être enfantsL’UNICEF vient de rendre disponible un rapport intitulé « Le bien-être des enfants dans les pays riches : vue d’ensemble comparative ». Ce rapport comporte, entre autres, une section portant sur le comportement et les risques, incluant les taux de consommation de tabac, d’abus d’alcool et de consommation de cannabis chez les jeunes âgés de 11, 13 et 15 ans.

Quelques chiffres tirés du rapport :

  • Le Canada, les États-Unis, l’Islande, la Norvège et le Portugal sont les seuls pays où le taux de consommation de tabac chez les jeunes est inférieur à 5 %.
  • Les États-Unis ont le taux d’abus d’alcool chez les jeunes le plus faible.
  • Ce taux est inférieur ou égal à 10 % dans seulement huit pays : les États-Unis, la France, la Grèce, l’Islande, l’Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas et le Portugal.
  • Le Canada se situe dans la moitié inférieure du tableau avec un taux supérieur à 15%.
  • La Norvège est le seul pays où le taux de consommation de cannabis chez les jeunes est inférieur à 5 %.
  • C’est au Canada que le taux de jeunes fumant du cannabis est le plus élevé (28 %).
  • Dans six pays, ce pourcentage est d’au moins 20 %. Il s’agit du Canada, des États-Unis, de la France, del’Espagne, de la République tchèque et de la Suisse.

Pour en savoir plus, consultez le document en ligne sur le site de l’UNICEF (en français, 56 pages)

Référence :
UNICEF. (2013). Le bien-être des enfants dans les pays riches : vue d’ensemble comparative (Bilan Innocenti 11).  Florence, Italie : Centre de recherche de l’UNICEF.

Admissions dans les services de réadaptation en dépendance (2000-2010)

SAMHSAL’organisme américain SAMHSA (Substance Abuse and Mental Health Services Administration) a rendu disponible un rapport portant sur les admissions de personnes de 12 ans et plus dans les services de réadaptation en dépendance à travers les États-Unis en 2010, de même que les tendances entre 2000 et 2010.

Quelques faits saillants :

  • 96% des personnes admises en traitement en 2010 consommaient comme première substance l’une des 5 substances suivantes : alcool (41%), opiacés (23%), marijuana (18%), cocaïne (8%) et méthamphétamine /amphétamines (6%) ;

Alcool

  • Le pourcentage de personnes admises en traitement ayant l’alcool comme première substance consommée a baissé de 46% en 2000 à 39% en 2005, pour remonter ensuite à 42% en 2009 ;
  • En 2010, 45% des personnes admises ayant l’alcool comme première substance ont rapporté consommer aussi d’autres substances.

Héroïne

  • Le pourcentage de personnes admises en traitement ayant l’héroïne comme première substance se maintient dans le temps : 15% en 2000, 16% en 2001, 15% de 2002 à 2004 et 14% de 2005 à 2010 ;
  • La moyenne d’âge lors de l’admission des personnes ayant l’héroïne comme première substance se situe autour de 35 ans, 67% sont des hommes et 70% utilisent l’injection comme moyen d’administration.

Autres opiacés

  • Pour les opiacés autres que l’héroïne, le pourcentage a grimpé régulièrement passant de 2% en 2000 à 9% en 2010 ;
  • La moyenne d’âge lors de l’admission était de 31 ans.

Marijuana

  • 75% des personnes admises en traitement avec la marijuana comme première substance étaient des hommes ;
  • La moyenne d’âge lors de l’admission était de 25 ans.

Cocaïne

  • Les admissions avec la cocaïne comme première substance ont décliné, passant de 14% en 2000 à 8% en 2010 ;
  • De ce nombre, 71% consommaient du crack en 2010.

Méthamphétamine

  • Le pourcentage de personnes admises en traitement avec la méthamphétamine comme première substance est passé de 5% en 2000 à 9% en 2005, pour ensuite redescendre à 6% en 2010 ;
  • 53 % de ces personnes sont des hommes ;
  • Voie d’administration : 64% ont rapporté fumer la substance, 22% l’injection et 6% l’inhalation.

Adolescents

  • Le nombre d’admission pour les jeunes entre 12 et 17 ans a augmenté de 15% entre 2000 et 2002, puis a diminué de 2% par an entre 2002 et 2010 ;
  • 46% des jeunes sont référés en traitement par le système judiciaire ;
  • 87% des jeunes admis en traitement consommaient de la marijuana comme première substance.

Polyconsommation

  • L’alcool, les opiacés et les amphétamines/méthamphétamine étaient plus souvent rapportés comme substance première de consommation que comme substance secondaire ou tertiaire, contrairement à la marijuana et la cocaïne.

Pour en savoir plus, consultez le rapport en ligne sur le site de SAMHSA (en anglais, 120 pages)

Référence :
Substance Abuse and Mental Health Services Administration. (2012). Treatment Episode Data Set (TEDS): 2000-2010: National admissions to substance abuse treatment services. Rockville, MD : Substance Abuse and Mental Health Services Administration.

Rapport sur les indicateurs nationaux de traitement

IndicateursLe Centre canadien de lutte contre l’alcoolisme et les toxicomanies (CCLAT) vient de rendre disponible le rapport sur les indicateurs nationaux de traitement portant sur l’année budgétaire 2010 et 2011. Il s’agit du second rapport du genre.

Comme dans le premier rapport, les auteurs mentionnent la difficulté de comparer les données d’une province ou d’un territoire à l’autre, puisque les lignes directrices et les définitions des uns et des autres varient considérablement. Cette année s’ajoutent les données du Yukon, du Manitoba et de Terre-Neuve-et-Labrador. Un nouvel indicateur a aussi été ajouté, soit les données sur l’utilisation des programmes relatifs à la conduite avec facultés affaiblies.

Indicateurs :

  1. Nombre total d’épisodes de traitement dans les services publics spécialisés dans les problèmes de consommation de substances
  2. Nombre total d’épisodes de traitement dans les services publics spécialisés dans les problèmes de jeu
  3. Nombre total de bénéficiaires uniques traités dans les services publics spécialisés dans les problèmes de consommation de substances (alcool et autres drogues)
  4. Nombre total de bénéficiaires uniques traités dans les services publics spécialisés dans les problèmes de jeu
  5. Nombre total d’épisodes et de bénéficiaires uniques traités dans les services publics spécialisés classés par catégories de traitement
  6. Nombre total d’épisodes et de bénéficiaires uniques traités dans les services publics spécialisés classés par sexe, âge et situation résidentielle et répartis selon les catégories de traitement
  7. Nombre total d’épisodes et de bénéficiaires uniques traités dans les services publics spécialisés ayant utilisé des drogues injectables dans les 12 mois précédant le traitement
  8. Nombre total de bénéficiaires de traitement de substitution aux opioïdes dans les services publics spécialisés ainsi que dans les cliniques externes de méthadone
  9. Nombre total de bénéficiaires des programmes relatifs à la conduite avec facultés affaiblies

Pour en savoir plus, consultez le rapport en ligne sur le site du CCLAT (en français, 44 pages)

Référence :

Pirie, T., Jesseman, R. & Groupe de travail sur les indicateurs nationaux de traitement. (2013). Rapport sur les indicateurs nationaux de traitement : données de 2010-2011. Ottawa, Ontario : Centre canadien de lutte contre les toxicomanies.