Archives de Catégorie: Injection

Bulletin de la Chaire en toxicomanie

ChaireLa Chaire en toxicomanie de l’Université de Sherbrooke vient de lancer le premier numéro de son tout nouveau bulletin ! Outre un mot de la titulaire de la Chaire, la Dre Élyse Roy, ce premier numéro comprend des articles sur l’itinérance et la toxicomanie chez les jeunes, l’étude EMPIR (intervention auprès des usagers de drogues injectables) et la trousse PIJE (projet d’intervention auprès des jeunes de la rue à haut risque de commencer à s’injecter des drogues).

Pour en savoir plus, consultez le bulletin en ligne sur le site de la Chaire en toxicomanie (en français, 3 pages)

Il est aussi possible de s’inscrire en ligne pour recevoir directement par courriel les prochains numéros du bulletin à l’adresse suivante : http://www.usherbrooke.ca/chaire-toxicomanie/bulletin/

SLAM : première enquête qualitative en France

SLAMSource : Association AIDES

Le slam n’est pas seulement un art oratoire. C’est également une injection intraveineuse de produits de type psychostimulant (méphédrone et dérivés) faite dans un contexte sexuel par des hommes gays. Pour faire la part entre le fantasme et la réalité concernant cette pratique et ses risques sanitaires, AIDES, en partenariat avec Sidaction, l’Inserm-Cermes3 et l’Association des médecins gays, a décidé de lancer en 2012 une enquête qualitative (réalisation d’entretiens) auprès de slameurs et d’acteurs du soin et de la prévention en contact avec cette population. Cette enquête permet d’identifier les besoins des personnes concernées, de mieux comprendre la pratique, et donner matière à réflexion sur le lien entre sexualité et consommation de produits psychoactifs.

Pour en savoir plus, consultez le rapport en ligne sur le site d’AIDES (en français, 58 pages)

Référence :
Foureur, N., Fournier, S., Jauffret-Roustide, M., Labrouve, V., Pascal, X., Quatremère, G., & Rojas Castro, D. (2013). SLAM : enquête qualitative en France. Pantin, France : AIDES.

Initiation aux drogues injectables chez les jeunes de la rue : une analyse en fonction du genre

InitiationLe RISQ vient de rendre disponible un nouvel abrégé de recherche portant sur  l’initiation aux drogues injectables chez les jeunes de la rue.

Source : RISQ

Au Canada, on estime que 30 à 40 % des jeunes de la rue ont recours à l’utilisation de drogues injectables. Plusieurs études suggèrent que l’initiation à ce type de consommation est influencée par le sexe et l’âge des individus. Les auteurs de cette étude se sont intéressés aux facteurs de risques à l’origine de cette initiation, selon le genre.

Pour en savoir plus, consultez l’abrégé de recherche sur le site du RISQ (en français, 2 pages)

Référence de l’article original :
Roy, É., Boivin, J.-F., & Leclerc, P. (2011). Initiation to drug injection among street youth: A genderbased analysis. Drug and Alcohol Dependence, 114(1), 49-54.

Ce périodique est disponible sur les rayons du Centre québécois de documentation en toxicomanie.

Mortalité chez les personnes qui s’injectent des drogues : revue systématique et méta-analyse (article)

WHOL’objectif de l’étude réalisée par un groupe de chercheurs principalement australiens était d’étudier les taux et les causes de décès chez les toxicomanes par injection. Pour ce faire, ils ont effectué une revue systématique de la littérature existante.

Parmi les résultats obtenus, les chercheurs ont constaté que la mortalité dans les groupes de toxicomanes par injection étudiés était plus élevée dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, chez les sujets masculins et les sujets séropositifs. La mortalité chez les toxicomanes par injection était aussi plus élevée pendant les périodes d’interruption du traitement. Les principales causes de décès recensées ont été l’overdose et le VIH.

Pour en savoir plus, consultez l’article (en anglais, 22 pages) ou le résumé de l’article (en français) en ligne sur le site de la WHO.

Référence :
Mathers, B. M., Degenhardt, L., Bucello, C., Lemon, J., Wiessing, L., & Hickman, M. (2013).  Mortality among people who inject drugs: A systematic review and meta-analysis. Bulletin of the World Health Organisation, 91(2), 102-123.

Dehors et dedans (film documentaire sur les sites d’injection supervisée)

Salles consommationSource : Fédération Addiction

Le collectif SCMR (pour des salles de consommation à moindre risque [France]) a réalisé un film documentaire pédagogique sur le fonctionnement et l’utilité des salles de consommation pour les usagers de drogues. Comment se passe la consommation, dans ces structures et en-dehors ? Quelles sont les apports du dispositif en matière de messages apportés à la jeunesse, d’accès aux soins, de réduction des risques, de diminution des nuisances dans l’espace public ? Autant de questions éclairées dans ce document.

Pour en savoir plus, visionnez le film sur YouTube (en français, 4:43 min)

En rafale avant les fêtes

INSPQNouveau rapport de l’INSPQ intitulé : Statistiques sur les services relatifs aux programmes de prévention du virus de l’immunodéficience humaine (VIH) et des hépatites B et C auprès des personnes utilisatrices de drogues par injection au Québec: avril 2010 à mars 2011
Le rapport est disponible sur le site de l’INSPQ (en français, 19 pages)

 

MTFLes données de l’étude américaine « Monitoring the future » récoltées annuellement auprès de plus de 45 000 jeunes en provenance de 395 écoles publiques et privées sont maintenant disponibles :
Résumé des résultats (en anglais)
Communiqué de presse et tableaux (Alcool et drogues, en anglais)
Communiqué de presse et tableaux (Tabac, en anglais)

 

AddictionNouvel article de chercheurs australiens faisant un lien entre la consommation de psychostimulants et le trouble d’hyperactivité/déficit d’attention.
Le résumé est disponible sur le site de l’éditeur (en anglais).
Référence :
Kaye, S., Darke, S., & Torok, M. (2012). Attention deficit hyperactivity disorder (ADHD) among illicit psychostimulant users: A hidden disorder?, Addiction. Prépublication. doi 10.1111/add.12086

État du phénomène de la drogue en Europe 2011

L’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT) vient de rendre disponible son rapport annuel. Dans l’ensemble, la consommation de drogue semble relativement stable en Europe et la polyconsommation est devenu le mode de consommation dominant. Le rapport présente une stabilisation, même une diminution dans les tendances de consommation de cannabis dans de nombreux pays. Le cannabis demeure la drogue la plus largement répandue en Europe. Le rapport insiste sur l’émergence rapide de nouvelles drogues de synthèse.

Aperçu de la table des matières :

  1. Politiques et législations ;
  2. La réponse au problème de la drogue en Europe – Vue d’ensemble ;
  3.  Cannabis ;
  4. Amphétamines, ecstasy, substances hallucinogènes, GHB et kétamine ;
  5. Cocaïne et crack ;
  6. Consommation d’opiacés et injection de drogue ;
  7. Maladies infectieuses et décès liés à la drogue ;
  8. Nouvelles drogues et tendances émergentes.

Pour en savoir plus, consultez le rapport en ligne sur le site de l’OEDT (en français, 117 pages)

Référence :
Observatoire européen des drogues et des toxicomanies. (2011). Rapport annuel 2011 : État du phénomène de la drogue en Europe. Luxembourg, Luxembourg : Office des publications de l’Union européenne.