Archives de Catégorie: Drogues de synthèse

Global SMART Update 2012

L’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC) vient de publier le 7e volume de son bulletin Global SMART Update (SMART = Synthetics Monitoring : Analysis, Reporting and Trends). Ce bulletin se veut un court rapport sur les modèles émergents et les tendances  concernant des drogues de synthèse au niveau mondial.

Concernant le Canada, la fabrication d’ecstasy continue d’être rapportée et le produit est exporté aux États-Unis, en Asie et dans le Pacifique. Une étude québécoise portant sur les conséquences à long terme de la consommation d’amphétamine chez les adolescents est aussi mentionnée dans ce bulletin. Cette étude, réalisée par des chercheurs de l’Université McGill, démontre que la consommation d’amphétamine chez des rats adolescents peut causer une augmentation des comportements à risque qui persiste à l’âge adulte, même lorsque la consommation a cessé.

Pour en savoir plus, consultez le bulletin SMART en ligne sur le site de l’UNODC (en anglais, 9 pages)

Référence de l’article cité :
Labonté, B., McLaughlin, R. J., Dominguez-Lopez, S., Rodriguez Bambico, F., Lucchino, I., Ochoa-Sanchez, R., … Gobbi, G. (2011). Adolescent amphetamine exposure elicits dose-specific effects on monoaminergic neurotransmission and behaviour in adulthood. International Journal of Neuropsychopharmacology. Prépublication. doi : 10.1017/S1461145711001544

Publicités

Global SMART Update 2011

L’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC) vient de publier le 6e volume de son bulletin Global SMART Update (SMART = Synthetics Monitoring : Analysis, Reporting and Trends). Ce bulletin se veut un court rapport sur les modèles émergents et les tendances  concernant des drogues de synthèse au niveau mondial.

Chacun des numéros du bulletin comporte un segment portant sur une thématique particulière. Le premier numéro de 2011 (no 5), portait plus spécifiquement sur le sud de l’Asie, une région traditionnellement associée aux opiacés, qui a commencé à émerger au cours des dernières années   en tant que source de stimulants de type amphétamine. Le second numéro publié en 2011 (no 6), porte quant à lui sur les substances synthétiques ne faisant pas l’objet d’un contrôle international.

Concernant le Canada, le pays demeure un marché important et un nombre grandissant de laboratoires sont démantelés. Des saisies d’ecstasy réalisées en Australie et en Asie proviendraient du Canada. La source principale du marché de l’ecstasy en Amérique du nord serait les groupes criminalisés canadiens.

Pour en savoir plus, consultez les numéros 2011 du Global SMART Update :
Numéro 5, mars 2011 (en anglais, 11 pages)
Numéro 6, novembre 2011 (en anglais, 19 pages)

Vente en ligne de nouvelles substances psychoactives

L’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT) a rendu disponible un court rapport (« snapshot ») portant sur la vente en ligne de nouvelles substances psychoactives. Alors que 170 magasins en ligne vendant de nouvelles substances psychoactives (« legal high ») et livrant à au moins un pays membre de l’Union européenne étaient identifiés en janvier 2010, ils étaient 314 en janvier 2011 et 631 en juillet 2011. Si la majorité de ces magasins en ligne proviennent des États-Unis (197 sur 631) et de Grande-Bretagne (121 sur 631), le Canada en comptait 5 en janvier 2011 et 19 en juillet 2011. Le type de produits, les restrictions présentées par les sites, les prix, etc. sont aussi présentés.

Pour en savoir plus, consultez le document en ligne sur le site de l’OEDT (en anglais, 8 pages)

Référence :
European Monitoring Centre for Drugs and Drug Addiction. (2011). Online sales of new psychoactive substances / ‘legal highs’ : summary of results from the 2011 multilingual snapshots. [Luxembourg, Luxembourg] : European Monitoring Centre for Drugs and Drug Addiction.

État du phénomène de la drogue en Europe 2011

L’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT) vient de rendre disponible son rapport annuel. Dans l’ensemble, la consommation de drogue semble relativement stable en Europe et la polyconsommation est devenu le mode de consommation dominant. Le rapport présente une stabilisation, même une diminution dans les tendances de consommation de cannabis dans de nombreux pays. Le cannabis demeure la drogue la plus largement répandue en Europe. Le rapport insiste sur l’émergence rapide de nouvelles drogues de synthèse.

Aperçu de la table des matières :

  1. Politiques et législations ;
  2. La réponse au problème de la drogue en Europe – Vue d’ensemble ;
  3.  Cannabis ;
  4. Amphétamines, ecstasy, substances hallucinogènes, GHB et kétamine ;
  5. Cocaïne et crack ;
  6. Consommation d’opiacés et injection de drogue ;
  7. Maladies infectieuses et décès liés à la drogue ;
  8. Nouvelles drogues et tendances émergentes.

Pour en savoir plus, consultez le rapport en ligne sur le site de l’OEDT (en français, 117 pages)

Référence :
Observatoire européen des drogues et des toxicomanies. (2011). Rapport annuel 2011 : État du phénomène de la drogue en Europe. Luxembourg, Luxembourg : Office des publications de l’Union européenne.

Les drogues et leurs effets (site web)

Le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec vient d’ajouter sur son site dépendances une page sur les drogues et leurs effets. Pour chacune des substances mentionnées, on retrouve le nom usuel de la substance, la famille (dépresseurs, stimulants…) à laquelle elle appartient et une description de son apparence et de ses effets. On décrit aussi  les conséquences possibles (revers de la médaille) de la consommation de cette substance et les mélanges dangereux à faire (ennemis) avec celle-ci. Un tableau récapitulatif est aussi disponible.

Pour en savoir plus, consultez les pages relatives à chacune des substances, la page d’accueil de cette section sur le site du MSSS ou le tableau (en français)

La BZP : une revue de la recherche sur la benzylpipérazine comme drogue récréative

Des chercheurs de Nouvelle-Zélande se sont penchés sur la BZP, substance contrôlée dans certains pays et en vente libre dans d’autres, qui imite les qualités stimulantes des amphétamines et de l’ecstasy. L’article, publié dans le International Journal of Drug Policy, fait un résumé de la recherche internationale sur la benzylpipérazine et son utilisation populaire comme drogue récréative.

Parmi les résultats, les chercheurs ont constaté l’absence de recherches sur les effets à long terme de la BZP. Les données disponibles tendent toutefois à montrer que les dommages sociaux et de santé engendrés par la consommation de cette substance soient limités. L’article mentionne aussi qu’il est difficile de savoir si la BZP conduit vers l’usage de drogues illégales ou si elle joue un rôle dans la réduction des méfaits. Les auteurs concluent en faisant des recommandations pour les décideurs quant aux politiques concernant les drogues dites légales.

Pour en savoir plus, consultez le résumé en ligne (en anglais)

Ce périodique est disponible sur les rayons du Centre québécois de documentation en toxicomanie.

Référence :
Cohen, B.M.Z., & Butler, R. (2011). BZP-party pills : a review of research on benzylpiperazine as a recreational drug. International Journal of Drug Policy, 22(2), 95-101.

Enquête sur la composition des produits de synthèse

L’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) vient de rendre disponible un rapport sur la composition des produits de synthèse, tels que consommés par les usagers. Cette enquête porte sur l’analyse en laboratoire de plus de 400 produits collectés auprès des usagers dans 7 sites différents en France. De cette enquête, il ressort :

  • un désintérêt pour les comprimés d’ecstasy au profit de la forme en poudre (MDMA)
  • l’apparition d’un intérêt pour la BZP
  • la diffusion de la Kétamine en dehors des groupes restreints qui la consommait jusqu’alors
  • l’essort de nouveaux produits en vente libre (« legal high »)

Pour en savoir plus, consultez le rapport en ligne sur le site de l’OFDT (en français, 46 pages)

Référence :
Lahaie, E. (2011). Enquête SINTES 2009sur la composition des produits de synthèse. Saint-Denis, France : Observatoire français des drogues et des toxicomanies.

L’OFDT a produit un rapport similaire publié en 2010 et portant sur les données de 2008 concernant l’héroïne.