Archives de Catégorie: Conduite en état d'ivresse

Alcool et circulation (site web)

L’organisme Addiction Suisse (anciennement Addiction Info Suisse) vient de lancer un nouveau site web portant sur la circulation routière et la consommation d’alcool. Ce site, destiné aux élèves du secondaire, est complémentaire au guide « Alcool et circulation routière : connaître les risques et adapter les comportements » et a été conçu pour être animé en classe par les enseignants. Une page conçue pour les enseignants propose 5 activités à faire en classe en lien avec le site.

Pour en savoir plus, consultez le site web sur l’alcool et la circulation d’Addiction Suisse, la page consacrée aux enseignants et le guide (en français)

Publicités

Récidivistes de l’alcool au volant : qui sont-ils et comment peut-on les traiter efficacement ? (abrégé de recherche)

Le RISQ vient tout juste de rendre disponible un nouvel abrégé de recherche portant sur le traitement des récidivistes de l’alcool au volant.

L’abrégé résume en deux pages fondements, méthodologie, faits saillants et conclusion de l’article original.

Pour en savoir plus, consultez l’abrégé de recherche sur le site du RISQ (en français, 2 pages)

Drogue au volant : 2 nouvelles études du CCLAT

Le Centre canadien de lutte contre l’alcoolisme et les toxicomanies (CCLAT) vient de rendre disponibles deux nouvelles études montrant que la drogue au volant est un problème croissant et qu’il est aussi fréquent que la conduite sous l’influence de l’alcool.

Pour en savoir plus, consultez les rapports ou leurs faits saillants.

Alcool et drogues chez les conducteurs : une enquête routière menée en 2010 en Colombie-Britannique
rapport intégral (en français, 23 pages)
faits saillants (en français, 2 pages)

Étude visant à comparer les décès sur les routes impliquant l’alcool et la drogue
rapport intégral (en français, 40 pages)
faits saillants (en français, 2 pages)

Les effets des boissons alcooliques caféinées versus non caféinées sur la conduite automobile et les réflexes (article)

Suite à des campagnes de marketing faisant la promotion des mélanges alcool-boissons énergisantes et donnant aux jeunes à qui elles s’adressent l’impression que l’ajout de caféine à l’alcool compensera ses effets sédatifs et augmentera la vigilance, des chercheurs américains se sont penchés sur la question.

127 étudiants universitaires ou récents diplômés ayant des habitudes de grande consommation épisodique d’alcool mais n’étant pas dépendants ont été divisés aléatoirement en 4 groupes : bière, bière non-alcoolisée, avec ou sans caféine. Le taux visé d’alcool dans l’haleine était de 0.12g% Les habiletés de conduites ont été testées à l’aide d’un simulateur et l’attention soutenue/temps de réaction avec le Psychomotor Vigilance Task (PVT).

Parmi les résultats, les chercheurs ont constaté que l’alcool altérait significativement la conduite, l’attention et le temps de réaction, alors que la caféine n’avait aucun effet sur la performance. Ils en concluent donc que l’ajout de caféine dans une boisson alcoolisée n’améliore pas la conduite automobile ni l’attention et le temps de réaction comparativement à l’alcool seul.

Pour en savoir plus, consultez le résumé de l’article sur le site web de l’éditeur.

Référence :

Howland, J., Rohsenow, D.J., Arnedt, J.T., Bliss, C.A., Hunt, S.K., Calise, T.V., … Gottlieb, D.J. (2011). The acute effects of caffeinated versus non-caffeinated alcoholic beverage on driving performance and attention/reaction time. Addiction, 106(2), 335-341.

Alcool et drogues chez les conducteurs

Le Centre canadien de lutte contre l’alcoolisme et les toxicomanies (CCLAT) a rendu accessible sur son site Internet les résultats d’une enquête routière menée en Colombie-Britannique en 2008.

Sur les 1533 véhicules interceptés, 89% des conducteurs ont acceptés de se soumettre à l’alcootest et 78% ont fourni un échantillon de salive. Quelques chiffres en bref :

  • 10.4% avaient consommé de la drogue ;
  • 8.1% avaient consommé de l’alcool ;
  • 15.5% avaient consommé de la drogue ou de l’alcool ou les deux à la fois ;
  • les drogues les plus souvent détectées étaient le cannabis (un peu plus de 40%) et la cocaïne (29%) ;
  • alors que la consommation d’alcool était plus fréquente chez les conducteurs entre 19 et 34 ans, la consommation de drogue se répartissait plus également dans tous les groupes d’âge ;
  • l’alcool au volant semble avoir diminué de beaucoup comparativement aux enquêtes précédentes, mais le nombre de conducteurs ayant un fort taux d’alcool dans le sang a augmenté.

Pour en savoir plus consultez le rapport :  http://www.cclat.ca/2009%20CCSA%20Documents/ccsa0115392009_f.pdf

ou sa version abrégée (2 pages) :  http://www.cclat.ca/2009%20CCSA%20Documents/ccsa0115412009_f.pdf

Référence :
Beirness, D. J., & Beasley, E. E. (2009). Alcool et drogues chez les conducteurs : une enquête routière menée en 2008 en Colombie-Britannique, Ottawa : Centre canadien de lutte contre l’alcoolisme et les toxicomanies, 22 p.

Mettre un frein à l’alcool au volant : une approche en commun

Mettre un frein à l’alcool au volant : une approche en commun est le titre d’un rapport du Comité permanent de la justice et des droits de la personne présenté à la Chambres des communes en juin dernier.

On y trouve, entre autres :

  • Un tableau présentant les peines encourues selon le code criminel pour les 9 infractions distinctes possibles concernant la conduite avec facultés affaiblies ;
  • Des statistiques sur l’ampleur du phénomène ;
  • Une discussion autour de l’abaissement du taux d’alcoolémie limite de 0,08 à 0,05 au pénal ;
  • Une discussion autour du contrôle aléatoire de l’alcoolémie par alcootest ;
  • Un tableau des sanctions administratives et des plafonds d’alcoolémie en vigueur par province canadienne ou territoire.

Pour en savoir plus consultez le document : http://www2.parl.gc.ca/content/hoc/Committee/402/JUST/Reports/RP4004073/justrp10/justrp10-f.pdf

Alcool, drogues illégales, médicaments et sécurité routière

L’Institut suisse de prévention de l’alcoolisme et autres toxicomanies (ISPA) vient de publier une courte brochure de 8 pages sur la conduite sous influence.

Cette dernière contient principalement des informations sur la manière dont la consommation occasionnelle de drogues, d’alcool ou de médicaments influence les capacités  à conduire. On y trouve, entre autres :

  •  un article et un tableau sur l’influence des drogues illégales sur la capacité de conduire (substances mentionnées : cannabis, opiacés, cocaïne, amphétamines et méthamphétamines, ecstasy, hallucinogènes)
  • un article et un tableau sur l’influence des médicaments sur la capacité de conduire (somnifères, antidépresseurs, neuroleptiques, diurétiques, lithium, antiépileptiques, etc.)

Lire la brochure : http://www.sfa-ispa.ch/fileadmin/user_upload/DocUpload/Focus_circulation.pdf