Taux de mortalité élevé chez les résidents des refuges, des maisons de chambres et de transition au Canada

BMJSelon un article publié récemment en accès libre dans le BMJ, l’espérance de vie des personnes vivant dans des refuges, des maisons de chambres ou de transition au Canada est plus courte que ce à quoi on pourrait s’attendre sur la seule base du faible revenu.

La réduction des taux excessivement élevés de mortalité parmi cette population nécessiterait, selon les auteurs, d’intervenir au niveau des décès liés au tabagisme, à la consommation d’alcool et de drogues, aux problèmes de santé mentale et de suicide, parmi d’autres causes.

Hwang, S. W., Wilkins, R., Tjepkema, M., O’Campo, P. J., & Dunn, J. R. (2009). Mortality among residents of shelters, rooming houses, and hotels in Canada: 11 year follow-up study. Bmj, 339, b4036.

Texte intégral : http://www.bmj.com/cgi/reprint/339/oct26_3/b4036.pdf

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s