Archives de Catégorie: Jeux de hasard et d'argent

Les niveaux et pratiques des jeux de hasard et d’argent en 2010 (France)

L’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT, France) vient de publier dans son bulletin Tendances de septembre les premières données sur le jeu issues du Baromètre santé 2010 de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES, France).

Un aperçu des résultats :

  • Près d’une personne sur 2 (47,8 %) a déclaré avoir joué au moins une fois  pendant les 12 mois précédant l’enquête ;
  • Les joueurs plus actifs (ayant joué  au moins 52 fois et/ou ayant misé au moins 500 € dans les 12 mois précédant l’enquête) représentent 1 personne sur 10 dans la population générale ;
  • Les hommes jouent plus que les femmes, 51,3 % des hommes ont joué au moins une fois dans les 12 mois précédant l’enquête contre 44,4 % des femmes et 15,6 % sont des joueurs actifs, contre 8,8 % des femmes ;
  • Les jeux de tirage et de grattage (« gratteux ») sont les jeux les plus pratiqués par les joueurs actifs ;
  • L’enquête estime que 0,9 %  de la population générale présente un risque modéré et que 0,4 %  sont des joueurs excessifs.

Pour en savoir plus, consultez le bulletin en ligne sur le site de l’OFDT (en français, 8 pages)

Référence :
Costes, J.-M.,  Pousset, M., Eroukmanoff, V., Nezet, O., Richard, J.-B., Guignard, R., … Arwidson, P. (2011). Les niveaux et pratiques des jeux de hasard et d’argent en 2010. Tendances, 77, 1-8.

Du plaisir du jeu au jeu pathologique (livre)

Le Centre québécois de documentation en toxicomanie vient de faire l’acquisition du livre Du plaisir du jeu au jeu pathologique. Ce livre prend la forme de 100 questions auxquelles répondent des spécialistes français, le Dr Abdou Belkacem, le Pr Michel Reynaud et le Pr Jean-Luc Venisse.

Ces questions sont regroupées en 4 chapitres :

  1. Mieux comprendre le jeu et ses enjeux
  2. Mieux comprendre comment se manifeste le jeu pathologique
  3. Mieux comprendre et prendre en charge le jeu pathologique
  4. Internet : mieux comprendre l’usage problématique et sa prise en charge

Pour en savoir plus, consultez le résumé en ligne sur le site de l’éditeur (en français)

Référence :
Belkacem, A., Reynaud, M., & Venisse, J.-L. (2011). Du plaisir du jeu au jeu pathologique. Paris, France : Maxima. (100 questions pour mieux gérer la maladie)

Ce livre est disponible sur les rayons du Centre québécois de documentation en toxicomanie.

Relation entre le jeu et la personnalité antisociale (article)

Des chercheurs canadiens se sont penchés sur la relation existant entre le jeu et la personnalité antisociale. Les résultats de leur étude ont montré que le comportement antisocial était associé avec le jeu et que ceux-ci partageaient plusieurs déterminants. Les traits de personnalités associés avec la prise de risque comme l’impulsivité et la recherche de sensation, semblent jouer un rôle important chez les gens présentant un problème de jeu, jouant en général et chez ceux présentant  une forme de comportement antisocial.

Pour en savoir plus, consultez le résumé en ligne sur le site de l’éditeur (en anglais)

Référence :
Mishra, S., Lalumière, M. L., Morgan, M., & Williams, R. J. (2011). An examination of the relationship between gambling and antisocial behavior. Journal of Gambling Studies, 27(3), 409-426.

Ce périodique est disponible sur les rayons du Centre québécois de documentation en toxicomanie.

Définition de la dépendance (addiction) selon l’ASAM

L’American Society of Addiction Medicine (ASAM) vient de rendre disponible sa définition officielle de la dépendance. Dans cette définition, l’ASAM met de l’avant que les problèmes de dépendance sont dû à un désordre cérébral et non simplement à un problème de comportement.

Pour en savoir plus, consultez le document en ligne sur le site de l’ASAM (en anglais, 8 pages)

Le jeu pathologique : quand rien ne va plus ! (reportage radio)

L’émission Les années lumières à la radio de Radio-Canada de dimanche dernier portait sur le jeu pathologique. Le reportage s’intéresse plus particulièrement au jeu du point de vue neurologique, au jeu sur Internet, au Poker et au jeu lié à certains médicaments pour la maladie de Parkinson.

Pour en savoir plus, écoutez le reportage de Marie-Odile Marcoux-Fortier en ligne sur le site de la radio de Radio-Canada (en français, 14 min 28)

Nouveaux rapports de recherche du FQRSC sur le jeu

Le Fonds québécois de la recherche sur la société et la culture du Québec (FQRSC) vient de rendre disponible sur son site web plusieurs rapports ayant trait au jeu pathologique :

* Évaluation d’un programme de formation au jeu responsable offert aux détaillants de loterie vidéo et leurs employés / Julie Dufour
Thèse

* Effet du nombre d’appareils de loterie vidéo présents par site de jeu sur les habitudes de jeu et les motivations des joueurs / Serge Sévigny, Isabelle Giroux et Robert Ladouceur
Rapport de recherche, Annexes, Résumé

* Réponses cognitives et émotionnelles aux mises en garde visant à prévenir les problèmes associés aux jeux de hasard et d’argent: le cas des ALV / Jean-Charles Chebat, Pierre Balloffet, Claire Gélinas et Jacob Amnon Suissa
Rapport de recherche, Résumé

* Le projet ENHJEU : Analyse contextuelle des jeux de hasard et d’argent chez les étudiants universitaires / Sylvia Kairouz et Louise Nadeau
Rapport final, Annexes : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, Résumé

* Trajectoires de vie des joueurs québécois entre 15 et 30 ans : Description, facteurs individuels, familiaux et sociaux associés et impact socioéconomique intergénérationnel / René Carbonneau, Frank Vitaro, Brigitte Wanner et Richard E. Tremblay
Rapport final, Résumé

Jeu et étudiants universitaires (papier virtuel)

L’entrée à l’université constitue une étape charnière dans la vie de tout jeune adulte. En réponse à leur quête d’affirmation, une frange significative d’étudiants universitaires mise sur le jeu ou encore sur la consommation d’alcool et de drogues pour vivre de nouvelles expériences, établir de nouveaux réseaux sociaux et se définir en tant qu’individu. C’est à tout le moins ce qui ressort d’une étude réalisée par Sylvia Kairouz, Ph. D., professeure à l’Université Concordia et chercheure rattachée au Centre Dollard-Cormier – Institut universitaire sur les dépendances. [Introduction du document]

Le papier virtuel se divise en 3 grandes sections. La première donne des chiffres sur le jeu chez les étudiants universitaires, dresse un profil type du joueur, du joueur faible risque et du joueur problématique ou modéré. La seconde traite des problématiques associées, soit la consommation d’alcool et de drogues, et de la conjugaison de celles-ci avec le jeu. La dernière traite du volet clinique.

Pour en savoir plus, consultez le papier virtuel en ligne (en français, 21 pages)