Archives de Catégorie: Jeux de hasard et d'argent

Jeu et étudiants universitaires (papier virtuel)

L’entrée à l’université constitue une étape charnière dans la vie de tout jeune adulte. En réponse à leur quête d’affirmation, une frange significative d’étudiants universitaires mise sur le jeu ou encore sur la consommation d’alcool et de drogues pour vivre de nouvelles expériences, établir de nouveaux réseaux sociaux et se définir en tant qu’individu. C’est à tout le moins ce qui ressort d’une étude réalisée par Sylvia Kairouz, Ph. D., professeure à l’Université Concordia et chercheure rattachée au Centre Dollard-Cormier – Institut universitaire sur les dépendances. [Introduction du document]

Le papier virtuel se divise en 3 grandes sections. La première donne des chiffres sur le jeu chez les étudiants universitaires, dresse un profil type du joueur, du joueur faible risque et du joueur problématique ou modéré. La seconde traite des problématiques associées, soit la consommation d’alcool et de drogues, et de la conjugaison de celles-ci avec le jeu. La dernière traite du volet clinique.

Pour en savoir plus, consultez le papier virtuel en ligne (en français, 21 pages)

Jeux et criminalité : une étude auprès des personnes détenues dans les prisons du Québec (rapport de recherche)

Le FQRSC (Fonds de recherche sur la société et la culture – Québec) vient de rendre disponible sur son site web le rapport de recherche de Marie-Marthe Cousineau, Serge Brochu, Robert Ladouceur et Valérie Beauregard portant sur le jeu chez les personnes incarcérées du Québec.

Parmi les principaux résultats, les chercheurs ont constaté que s’il y a moins de joueurs dans la population carcérale que dans la population générale du Québec, la population carcérale compte une proportion significativement plus grande de joueurs à risque ou pathologiques probables.

Pour en savoir plus, consultez le rapport intégral en ligne (en français, 70 pages) ou son résumé (en français, 5 pages)

Addictions même sans produit (numéro thématique)

La Fédération Addiction (France), née début 2011 de la fusion de l’Anitea et de la F3A, a publié en mars le 9e numéro de sa revue Actal. Ce numéro thématique porte sur les addictions sans drogue.

Quelques extraits de la table des matières :

  • Du jeu dans l’addiction ? / Marc Valleur
  • Addiction avec ou sans drogues, le même combat / Jean-Luc Venisse
  • Le jeu pathologique, une formation spécifique ? / Céline Bonnaire
  • L’addiction à la pratique sportive / Nadia Dominguez
  • À propos de la prise en charge des troubles alimentaires
    au sein des CSAPA / Agnès Oelsner
  • Addiction sexuelle : à la recherche de nouvelles stratégies
    pour mieux gérer les émotions / Irene Codina
  • E-enfance : l’addiction aux nouvelles technologies
    en ligne de mire / Justine Atlan

Pour en savoir plus, consultez le numéro 9 de la revue Actal en ligne (en français, 34 pages)

Méthode simple et rapide de dépistage du jeu problématique et pathologique dans le contexte de programmes en dépendance (article)

La revue scientifique American Journal on Addictions vient de rendre disponible en prépublication un article portant sur le dépistage (screening) du jeu problématique ou pathologique chez des clients recherchant de l’aide pour des problèmes de dépendance.

Les auteurs, des chercheurs américains, ont démontré la performance du NODS-CliP, un questionnaire bref comprenant trois questions, et de son alternative à quatre questions. Étant donné les hauts taux de comorbidité entre le jeu et les problèmes de dépendance et de santé mentale, les auteurs pensent que le dépistage des problèmes de jeu parmi les clients demandant de l’aide pour des problèmes de dépendance ou des problèmes connexes est important.

Pour en savoir plus, consultez le résumé en ligne sur le site de l’éditeur (en anglais seulement)

Référence :
Volberg, R. A., Munck, I. M., & Petry, N. M. (2011). A quick and simple screening method for pathological and problem gamblers in addiction programs and practices. American Journal on Addictions. Prépublication. doi: 10.1111/j.1521-0391.2011.00118.x

Ce périodique est disponible sur les rayons du Centre québécois de documentation en toxicomanie.

Développement du jeu et du jeu pathologique pendant la vie (article)

Le Journal of Gambling Studies vient de faire paraître dans son dernier numéro un article portant sur le développement du jeu et du jeu pathologique à travers la vie. Les chercheurs américains qui l’ont écrit se sont basés sur deux sondages téléphoniques, le premier auprès des adultes, le second auprès des adolescents (14-21 ans). Ils ont examiné la prévalence du jeu (personnes ayant joué au cours de la dernière année), du jeu fréquent (une fois par semaine et plus au cours de la dernière année) et du jeu pathologique selon le DSM.

Les chercheurs ont constaté que la participation au jeu augmentait pendant l’adolescence, atteignait son point culminant pendant la vingtaine et la trentaine des répondants avant de redescendre. Ils notent que la notion selon laquelle la prévalence du jeu, particulièrement du jeu pathologique, est plus importante pendant l’adolescence n’est pas supportée par leurs travaux. Comparativement à la consommation d’alcool, le jeu atteint son niveau de participation le plus élevé plus tard.

Pour en savoir plus, consultez le résumé en ligne sur le site de l’éditeur (en anglais)

Référence :

Welte, J.W., Barnes, G.M., Tidwell, M.-C. O., & Hoffman, J.H. (2011). Gambling and problem gambling across the lifespan. Journal of Gambling Studies, 27(1), 49-61.

Évaluation des impacts de la ligne téléphonique Jeu: Aide et Référence et de services qui y sont rattachés (rapport de recherche)

Le Fonds de recherche sur la société et la culture Québec (FQRSC) vient de rendre disponible le rapport de recherche de chercheurs de l’Université Laval et du Centre de réadaptation Ubald-Villeneuve portant sur l’évaluation de la qualité des services offerts par Jeu: Aide et Référence à la population.

Le rapport se divise ainsi :

  • Partie A : Contexte de la recherche
  • Partie B : Pistes de solution en lien avec les résultats, retombées et implications
  • Parties C et D : Méthodologie et résultats
    • Service d’information, d’écoute et de référence téléphonique ;
    • Projet pilote : Service d’aide par Internet ;
    • Projet pilote : Service de Télécounselling ;
    • Perception des centres de traitement ;
    • Perception de "Jeu : Aide et Référence" ;
    • Mécanisme de gestion des plaintes.
  • Pistes de recherche

Pour en savoir plus, consultez le résumé du rapport (en français, 5 pages) ou le rapport complet (en français, 30 pages) ainsi que les annexes (en français, 245 pages)

Référence :
Ladouceur, R., Ferland, F., Giroux, I., & Sévigny, S. (2010). Évaluation des impacts de la ligne téléphonique Jeu: Aide et Référence et de services qui y sont rattachés. [Québec, Québec] : Fonds de recherche sur la société et la culture Québec.

Jeu pathologique et syndrome post-traumatique (article)

Les joueurs pathologiques ont un taux de comorbidité élevé avec différents troubles, dont le trouble de stress post-traumatique. Des chercheurs américains et canadiens ont comparé un groupe de 35 adultes ayant un diagnostic établi de jeu pathologique, avec 36 adultes souffrants d’un trouble de stress post-traumatique et 35 adultes souffrants à la fois d’un trouble de stress post-traumatique et de jeu pathologique.

Le groupe ayant un diagnostic de jeu pathologique seulement a rapporté avoir une meilleure santé mentale que les deux autres groupes, ceux-ci ne présentant que peu de différences entre eux à ce niveau. Les auteurs suggèrent donc qu’il s’agit du trouble de stress post-traumatique, plutôt que la combinaison des deux troubles, qui accentue les symptômes. Les auteurs ont aussi trouvé un nombre élevé de troubles additionnels et de risque suicidaire chez les deux groupes où le trouble de stress post-traumatique était présent.

Pour en savoir plus, consultez l’article ou son résumé sur le site de l’éditeur (en anglais seulement).

Ce périodique est disponible sur les rayons du Centre québécois de documentation en toxicomanie.

Référence :

Najavits, L. M., Meyer, T., Johnson, K. M., & Korn, D. (2011). Pathological gambling and posttraumatic stress disorder: A study of the co-morbidity versus each alone. Journal of Gambling Studies. Prépublication. doi 10.1007/s10899-010-9230-0

Le rôle des préférences de jeu dans le développement des idées fausses chez les joueurs (article)

Un chercheur norvégien a étudié le lien entre les croyances irrationnelles et le jeu et les préférences de jeu chez 4 963 adultes âgés de 15 à 74 ans.

Les résultats ont montré que l’augmentation de la fréquence du jeu était associée à une augmentation des croyances irrationnelles chez tous les joueurs, mais que cet effet était plus fort chez les joueurs présentant une préférence pour les loteries vidéo, le bingo en ligne, les jeux de cartes et le jeu en ligne.

L’auteur suggère que ces types de jeu encouragent plus les pensées irrationnelles et superstitieuses chez les joueurs et qu’une augmentation rapide de ces pensées fausses liée à une augmentation rapide de la fréquence du jeu font partis des mécanismes qui rendent ces types de jeu plus risqués.

Pour en savoir plus consultez le résumé en ligne sur le site de l’éditeur.

Référence :

Lund, I. (2011). Irrational beliefs revisited: Exploring the role of gambling
preferences in the development of misconceptions in gamblers. Addiction Research and Theory, 19(1), 40-46.

Ce périodique est disponible sur les rayons du Centre québécois de documentation en toxicomanie.

Prévalence des troubles de comorbidité chez les joueurs problématiques et pathologiques (article)

La revue Addiction vient de faire paraître en prépublication revue systématique et méta-analyse portant sur la prévalence des troubles de comorbidité chez les joueurs problématiques et pathologiques. Les auteurs se sont penchés sur les problèmes de consommation d’alcool, de dépression, de toxicomanie, de tabagisme, de troubles d’anxiété et de troubles de la personnalité (antisociale) dans un échantillon représentatif de joueurs.

Les résultats ont montré que les joueurs problématiques et pathologiques souffraient d’un taux élevé de comorbidité, principalement avec le tabagisme (60.1%), la toxicomanie (57.5%), les troubles de l’humeur (37.9%) et les troubles d’anxiété (37.4%). Les auteurs recommandent donc qu’une évaluation pour des troubles concomitants soit réalisée lors des admissions en traitement pour le jeu.

Pour en savoir plus consultez le résumé de l’article en ligne sur le site de l’éditeur (en anglais)

Référence :

Lorains, F. K., Cowlishaw, S., & Thomas, S. A. (sous presse). Prevalence of comorbid disorders in problem and pathological gambling : systematic review and meta-analysis of population surveys. Addiction. doi: 10.1111/j.1360-0443.2010.03300.x

Les dessous du jeu (site web)

L’Agence de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale a financé la conception et la mise en ligne d’un nouveau site web pour les jeunes joueurs et pour leurs proches dans le cadre du plan d’action en prévention et en intervention du jeu problématique en lien avec l’implantation du salon de jeux à l’Hippodrome de Québec.

Son but est d’offrir de l’information juste et à jour tant pour aider les joueurs à mieux se connaître et à trouver des ressources pour s’en sortir que pour aider leurs proches à les aider. Les informations disponibles sur ce site ont été approuvées par un comité de professionnels oeuvrant dans le domaine de la prévention du jeu.

Pour en savoir plus, consultez le site web Les dessous du jeu.